’une Elvira que Sophie Boyer parvient à rendre à la fois drôle et touchante' (L'Italienne à Alger)

forumopera.com

 

 

'la prestation de (Sophie Boyer) est saluée, tout comme les performances pleines d’entrain et de musicalité de Sophie Boyer et d’Anne-Lise Polchlopek qui, dans leurs robes à carreaux, sont des Elvira et Zulma loin de passer au second plan'

olyrix.com

 

 

'Pierre Thirion-Vallet, directeur général et artistique du Centre Lyrique Clermont-Auvergne, a toujours eu du flair pour dénicher les voix de demain. Il semblerait qu'il ait trouvé deux nouvelles pépites. (...) Sophie Boyer offre, quant à elle, une adorable Zerlina, au timbre plein et fruité. De surcroît, elle est particulièrement bien mise en valeur par les costumes, toujours si admirablement inventifs et seyants, de Véronique Henriot.'

Opéra Magazine

 

'Enfin, la Zerlina sensuelle et perfide de Sophie Boyer convainc par la diversité de sa palette de nuances et la franchise d’une émission toujours ronde.'  

                                                                                              La lettre du Musicien

 

 

 'Que Sophie Boyer nous offre une Despina idéalement complice sans être dupe de Don Alfonso, relève de l’euphémisme. Elle réussit le délicat exercice de nous épargner les réductrices approches de la soubrette à la gouaille plébéienne et au timbre aigrelet dans les rôles travestis du médecin et du notaire. Dotée d’aigus radieux qui n’outrepassent à aucun instant son personnage, elle oppose son intelligence et sa vivacité aux profils plus convenus de ses maîtresses. Une heureuse surprise donc.'

forumopera.com

 

'Sophie Boyer a un éclat dans la voix qui colle parfaitement à l'espièglerie de Despina, véritable diable sortant de sa boîte.'

lamontagne.fr 

 

'Sophie Boyer, soprano cristallin, Micaëla forte et résolue'

L'Eveil de Haute Loire